POLITIQUE

Grand débat: Oui au Pays Catalan dénonce une «Occitanie insipide»

Le parti décentraliste souhaite rapprocher le pouvoir de la réalité

© OPC
© OPC
Dans le cadre du « Grand débat national » à l’initiative du Président de la République, le parti politique Oui au Pays Catalan s'exprime sur le volet « La démocratie et la citoyenneté ». en demandant une collectivité territoriale propre, face à une « Occitanie administrative insipide ».
Le « Grand débat national » suggéré par le Président de la République déploie les quatre thèmes « La transition écologique », « La fiscalité et les dépenses publiques », « La démocratie et la citoyenneté » et « L'organisation de l'État et des services publics ». Dans les Pyrénées-Orientales, le secrétaire général de la préfecture, Ludovic Pacaud, référent territorial de cette consultation, doit vérifier la bonne tenue des réunions en matière de sécurité et consulter les « cahiers de doléances » ouverts dans plusieurs dizaines de communes. Mais cette conséquence du mouvement des Gilets jaunes inspire autrement le parti politique Oui au Pays Catalan (OPC). En guise de voeux pour 2019, ce mercredi 30 janvier, la formation décentraliste a encouragé ses adhérents et sympathisants a participer aux débats, après lecture d'un extrait de la lettre du Président : « Y a-t-il trop d’échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d’action au plus près des citoyens ? ».

« Échec du centralisme »

OPC estime que M. Macron « reconnaît le mépris du pouvoir central pour les territoires périphériques » et que « la plupart des décisions les concernant soient imposées depuis Paris ». La formation dénonce l'« annexion sans aucun débat préalable à la région Occitanie » et donne sa lecture des problèmes : « la crise actuelle prouve l’échec du centralisme qui nie les territoires et les individus. L’État doit prendre en compte les réalités territoriales et la cohérence institutionnelle nécessaires pour régler les problèmes touchant l’économie, l’écologie, les transports, la culture, le social, la géographie et l’identité ». En conclusion, le parti centriste propose d'«étudier la pertinence de la création d’une Collectivité Pays Catalan comme unique institution territoriale » et réclame de changer les « Pyrénées-Orientales » en « Pays Catalan ». Cela « permettrait, d’abord notre reconnaissance au sein de la République, et ensuite l’identification des habitants avec leur territoire plutôt qu’avec une Occitanie administrative insipide et inepte tant historiquement que culturellement », estime le parti.