CULTURE

Perpignan: vers le classement intégral de l'Hôtel Pams aux Monuments Historiques

La mairie souhaite protéger la riche maison de l'ancienne rue Saint-Sauveur

L'Hôtel Pams, Perpignan © Jannes47
L'Hôtel Pams, Perpignan © Jannes47
La Ville de Perpignan espère le classement intégral de l'Hôtel Pams au titre des Monuments historiques. Cette demeure illustrant le faste de la bourgeoisie catalane, remodelée par l'architecte Léopold Carlier, est municipale depuis 1946.
L'Hôtel Pams, élément majeur du patrimoine architectural de Perpignan, devrait être admis intégralement au registre des Monuments historiques. Cette demeure monumentale, propriété de la mairie depuis 1946, a fait l'objet d'une demande de classement complet ce jeudi 7 février en conseil municipal. Ce bien a été classé et inscrit partiellement, en 1989 et 2017. Ainsi, son vestibule, son grand escalier, ses façades sur cour et son patio font l'objet d'une protection administrative sous l'égide du ministère de la Culture. En 2016, la mairie a demandé l’élargissement du classement à la totalité de l’édifice, puis reçu un avis favorable en 2017. L'inscription à l’« inventaire supplémentaire » visait l'entrée des lieux, la façade et toutes les toitures, ou encore son salon jaune, son salon vert, son ancienne salle-à-manger et son jardin d’hiver, parmi d'autres espaces. Le classement définitif consacrera l'hôtel Pams par un statut juridique particulier, en vertu de son intérêt historique, artistique, architectural et technique. Cette reconnaissance patrimoniale imposera une responsabilité partagée entre la Ville de Perpignan et l'Etat, qui pourra subventionner son entretien et sa conservation.

Le temps de l'industrie du Roussillon

Ancienne demeure seigneuriale, l'Hôtel Pams est un témoin de l'opulence de la bourgeoisie catalane des XIXe et XXe siècles. Il a été acheté en 1852 par l'industriel Pierre Bardou, fils de Jean Bardou, fondateur de l'entreprise de papier à cigarettes JOB. Le beau-fils du premier, l'avocat et homme politique Jules Pams, candidat à la présidence de la République en 1913 et deux fois ministre, l'a transformée en sollicitant l'architecte français Léopold Carlier. Celui-ci a conféré aux lieux un aspect fastueux, aux larges colonnes et à l'escalier de marbre et d'onyx. Le peintre toulousain Paul Gervais y a introduit les thèmes du charme féminin et de la civilisation contre la barbarie. L'Hôtel Pams a été tour à tour utilisé comme dépôt d'archéologie, collège d'études juridiques et littéraires, bibliothèque municipale et autres services de la Ville de Perpignan.
Casa Pams de Perpinyà © Alexandre Piqué